Le feu

Publié le par Starchild*Light

Le feu représente les passions, l'enthousiasme et les amours. C'est aussi l'esprit, la connaissance intuitive. Symbole de purification et de régénération, le feu c'est également la mort et la renaissance, le moteur de toute dynamique. Symbole sexuel, il désigne aussi l'illumination, car c'est le prolongement de la lumière dont l'action est féconde. Le feu peut aussi étouffer par sa fumée, brûler et dévorer lorsqu'il est mal domestiqué. L'imagination exaltée peut avoir les mêmes conséquences, il peut aussi évoquer la régression psychique. Les feux follets peuvent symboliser les âmes errantes.Si le feu est un incendie, c'est le feu macrocosmique. Si le feu est souterrain, c'est la sagesse humaine. SI le feu est céleste, c'est la sagesse divine. SI le feu est terrestre c'est la conscience ou l'intellect. La flamme est un symbole de purification et d'illumination, ainsi que d'amour spirituel; c'est l'âme du feu.

Le feu contient en lui le mystère des paradoxes. Sous la maîtrise humaine, il est une forme d'énergie qui transforme et purifie la matière. C'est par le feu que l'on tire des roches les minerais précieux pour leur donner une forme utile. Le feu nous donne aussi la chaleur qui rassemble la famille ou la communauté en un lieu de communion. Combien de fêtes ont lieu autour d'un feu qui préside la joie, la réflexion, le chant, le sentiment d'être heureux avec d'autres personnes ? Comme la lumière, l'eau, l'air et la terre, le feu est un élément essentiel sans lequel la vie s'éteint. Mais le feu est aussi une force dévastatrice qui, poussée par le vent, brûle, tue, détruit et rase tout sur son passage. Le feu: à la fois transformation et destruction, bonté et colère, vie et mort. Par sa réalité contradictoire, insaisissable et essentielle, le feu évoque la présence du mystère divin. Dans beaucoup de traditions, on distingue trois feux :

Le feu du monde terrestre: le feu correspond au cœur, aux passions et aussi à la colère

Le feu du monde intermédiaire: les éclairs, la foudre, correspondant aux puissances 

Le feu du monde céleste: le soleil, symbole du monde suprême, purificateur et régénérateur.

Le feu de brousse permet aux champs de reverdir à neuf. Le feu purificateur permet un passage à l'éternité. Les taoïstes entrent dans le feu, sans se brûler pour se libérer du conditionnement humain. Elie monte au ciel dans un char de feu. " L'homme est feu ", dit saint Martin : sa loi comme celle de tous les feux est de dissoudre son enveloppe et de s'unir à la source dont il est séparé. Le bouddhisme indique une conception plus intérieure : j'attise une flamme en moi, mon cœur est l'âtre, la flamme est le soi dompté. L'aspect destructeur du feu a évidemment un aspect négatif. La maîtrise de ce feu est souvent considérée comme diabolique. C'est le feu dévorant des passions, le feu ravageur de la guerre et des incendies. Le feu, dans les rites initiatiques de mort et de renaissance, s'associe à son principe antagoniste soit, l'eau. Feu et Eau assurent une purification complémentaire.

Dans certaines crémations, le feu est considéré comme véhicule, ou messager du monde des vivants vers le monde des morts. Le feu du monde intermédiaire, l'éclair ou la flèche, étant le prolongement de la lumière, possède une valeur de purification et d'illumination. Cette conception marque une étape importante de l'intellectualisation du cosmos et de l'éloignement de l'homme de la seule condition animale. Le feu serait ce dieu vivant et pensant qui prendra le nom d'Agni, d'Hathor, de Christ suivant les traditions religieuses. Le feu est considéré comme la meilleure image du divin, de l'essence des êtres célestes, intermédiaires ou suprêmes. Le feu symbolise la purification par la compréhension, jusqu'à sa forme la plus spirituelle, par la lumière et la vérité.

Source: Dictionnaire des symboles écrit par J. Chevalier et A. Gheerbrant; http://mamevoy.pagesperso-orange.fr/astrologie/FEUSYMB.HTM; http://www.interbible.org/interBible/ecritures/symboles/2003/sym_031111.htm;

Publié dans Les éléments

Commenter cet article